AquaNique

AquaNique

Et merde, j’ai déconné… Encore.
Alors que j’étais pleine de bonnes résolutions et que je pensais avoir atteint mes limites question entubage, je me suis à nouveau mis dans la tête que je devais faire du sport.

Faut dire que depuis que j’ai changé de boulot, mon volume d’efforts quotidiens est proche du néant. Dire qu’avant, j’étais presque une sportive de haut niveau! C’était au bas mot 10 minutes de marche pour choper ma correspondance, matin ET soir! Et oui m’sieur dame! Maintenant, je pose mes fesses dans la bagnole garée devant ma maison, quelques menus mouvements de chevilles sur les pédales pour le gainage, 3 coups de volant sans direction assistée pour galber mes escalopes de dinde qui pendouillent sous les bras, et me voilà garée devant la porte de mon bureau… Calories brûlées : 7.

Du coup, je me suis convaincue que je devais trouver un moyen de bouger un peu mon boule, et quoi de mieux quand on est sans un sous vaillant, flemmarde et jamais bien épilée que l’aquabike en club, bien sûr!?

Voilà comment j’ai signé pour un an a minima au club de fitness auquel j’avais eu tant de mal à me désabonner en 2018. Tout ça pour avoir le droit d’aller une fois par semaine me choper une mycose dans une piscine minuscule pleine de vélos d’appartements en rang d’oignon, le tout dans une ambiance tamisée digne d’une boite échangiste (enfin à ce qu’on raconte) afin de mieux camoufler tous les complexes des nanas qui se sont inscrites comme moi dans un moment d’égarement.

Je vais toute de suite faire taire les mauvaises langues. J’y suis déjà allée 3 fois ! Et oui ! C’est donc en totale connaissance de cause que j’ai pu découvrir l’ennui mortel que pouvait procurer cette activité…

Je m’explique :
D’abord, tu es donc assis sur un vélo, les fesses dans l’eau, et face à un mur sur lequel les coachs ont eu l’obligeance de coller la photo d’une route pour te faire croire que tu te balades sur la route 66 avec ton VTT.
Au rythme endiablé des mêmes musiques semaines après semaines et sous les cris du prof, fort heureusement toujours canon, tu alternes coups de pédales lents, moyennement lents ou rapides (enfin, ça je n’ai pas encore réussi) le cul posé sur la selle ou bien en danseuse, ce qui n’est pas une mince affaire vu les espèces de claquettes palmées qui te servent de pédales.
Et ce, pendant 45 minutes uniquement ponctuées de petites blagounettes du joli prof, auxquelles toutes mes comparses rient niaisement, bien entendu.

Bon, je peux bien vous le dire à vous, je ris bêtement moi aussi.

Le top du top, c’est que j’ai du investir dans de très seyantes chaussures d’eau, que j’ai choisies rose fluo, histoire d’aller au bout du truc. On glisse moins dans les pédales-claquettes mais putain que c’est laid.

Voilà en tout cas ma résolution de l’année.
C’était ça ou le pole dance. Et vous ?

One comment

  1. Ah !!! Je finis par détester ce mois de septembre qui arrivent toujours avec son lot de bonnes résolutions: « cette année, je m’y met…! ». T’y crois à chaque fois en te disant que celle-là c’est la bonne et puis patatra, 15 jours après, tout retombe comme un soufflet. En même temps, ça nous prépare pour janvier…🤣

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.