Category Archives:Mi litante (Qu’en pense Micheline?)

Hier, j’ai merdé

Hier, j'ai merdé. Je vous ai déjà parlé de mon absolu non amour pour l'espèce féline en général et celle du chat en particulier ? A l'origine de cette haine profonde, une amie qui s'était prise pour Brigitte Bardot le temps de sortir un chat d'une poubelle pour ensuite me le refiler gentiment et soit disant provisoirement. Moi, bonne poire, j'avais accepté de rendre service. Mais ce provisoire vira malheureusement vite au définitif  et me dégoûta à tout jamais de cette espèce animale vicieuse et fourbe. La vie imposée avec cette chose ne fut que nettoyage de vomis sur mes affaires, attaques perfides au visage et footing matinaux en pyjama pilou-pilou pour rattraper l'infâme bestiole qui se barrait tous les matins dans la rue. Jusqu'au jour où je n'ai pas couru et où j'ai refermé la porte derrière elle. Hou!!!!! Me dit-on dans l'oreillette. Mais sachez que c'était un monstre et que fermer cette porte est sans doute la meilleure chose que j'ai faite pour nous deux.

Quoi qu'il en soit, tel fut le point de départ de mon rejet des chats. Et c'en était presque une fierté voyez-vous, un étendard porté devant tous les amis des bêtes, une véritable revendication. J'étais Micheline, celle qui détestait les chats (ha oui, et les pigeons aussi). A la maison, Mi Amor et les microbes avaient beau me tanner pour avoir un de ces bestiaux, je restais droit dans mes bottes. Pas moyen d'accueillir chez moi cet animal qui pisserait partout, perdrait ses poils, nous encombrerait pour les vacances, mangerait de la pâtée infestant dans toute la baraque, ferait ses griffes sur mes affaires préférées… et qui plus est, me détesterait.

Micheline vivante , aucun chat ne passerait le pas de la porte.

 

Et puis hier, j'ai merdé. Il y a eu ce chaton microscopique tout juste sorti du ventre de sa mère que les mioches ont ramené de chez le voisin. Et là, tout le monde (Mi Amor inclus) s'est ligué contre moi en mettant en pièces tous mes arguments jusque là inébranlables. Le chat pisse partout? ..."Ho ca va, il y déjà des garçons à la maison, myopes qui plus est, alors de la pisse, y en a déjà tout le temps autour des toilettes". Le chat bousillera nos affaires ? ... "Comme si les mômes ne le faisaient pas déjà. Rappelle-toi le maquillage que les filles te piquent et qu'on retrouve étalé par petites touches sur les rideaux, les traits de feutres sur la face cachée des coussins du canap ou le Polly Pocket fondu sur la vitre du poêle qui nous a coûté un bras (le poêle hein, pas le Polly Pocket)". Le chat perd ses poils? ... "Toi aussi tu les perds, enfin tes cheveux! On en ramasse d'ailleurs toujours par poignées!" ... "Quant aux vacances bah… On verra quand on partira! Ca doit pas être plus compliqué que trouver une baby-sitter pour une soirée love to love?!"

Bref, ils m'ont retourné le cerveau. Ma famille. Les miens. Et j'ai accepté de le garder. Ouais, je sais, j'ai complètement merdé.

 

Et depuis, faut bien le reconnaître,  ma vie n'est plus ce qu'elle était. D'abord, je suis devenue une obsédée de la porte fermée. Je ne rentre plus chez moi sans me faufiler comme un reptile par la porte à peine entrouverte et ma phrase type est devenue FERMELAPORTEPUTAINYALECHAT !!!!!!!! J'ai également un nouveau tic très glamour. Celui de renifler sans arrêt à l'affût de la moindre odeur suspecte. Autant vous dire que Mi Amor est sous le charme.

Niveau déco, je ne vous raconte pas non plus les dégâts... Je ne ferme plus aucune porte de placard ni aucun tiroir de peur d'enfermer le chat qui se fout toujours dans les recoins les plus inaccessibles. Du coup, ma maison, c'est Beyrouth. J'ai aussi recouvert mon superbe fauteuil tout neuf d'une vieille couverture moche et qui gratte histoire de préserver les coussins dont je ne profite plus, finalement. Je constate désormais honteusement à quel point ma maison est dégueulasse, car à chaque fois que le chat se faufile sous un meuble, il en ressort couvert de moutons de poussière quand ce n'est pas d'araignées... J'ai également dû virer mon super luminaire et le remplacer par un majestueux arbre à chat de 2 mètres de haut recouvert de moumoute beigeasse. Le bon goût à l'état pur quoi.

Niveau qualité de vie, je n'ai plus aucun moment à moi. Déjà qu'avant le seul dont je disposais, c'était quand j'étais aux toilettes (j'avais au moins réussi à faire rester les gosses derrière la porte), maintenant avec le chat, même ça c'est mort. La bête se faufile dès que j'ai le dos tourné et m'attend sagement derrière le bidet pour lacérer mes cuisses nues une fois que je pense être tranquille. Mes nuits quant à elles sont de nouveau entrecoupées de réveils. C'est pas comme si les gosses faisaient déjà tous leurs nuits depuis longtemps ! Non, maintenant, c'est le chat et ses miaulements irritants qui me réveillent sans arrêt. Et oui, faudrait pas que je prenne l'habitude de bien dormir non plus. Et bien sûr, impossible de prendre un petit acompte sur le canap le soir en regardant un film avec Mi Amor. Le matou a pris ma place contre lui... sauf s'il a décidé de s'en prendre à mes orteils comme un dégénéré afin de me rappeler qui commande à la maison bien sûr.

Et puis, le matin au p'tit déj, avant même de prendre mon café, je suis maintenant obligée d'aller vider ses crottes à la pelle en essayant de ne pas les faire tomber à chacun de mes hauts-le-coeur, pour ensuite me purifier les narines en ouvrant ses boîtes whiskas dont l'odeur forte m'accompagne toute la journée au boulot. Le boulot... parlons-en! En plus de ramener cette odeur dégueulasse de corned-beef en putréfaction avec moi, je viens couverte de poils de chats. Comme si la morve de la petite étalée sur le dos de mon manteau ne suffisait pas!

 

Bref, j'ai merdé.

Et sinon, c'est quoi l'espérance de vie d'un chat? ... En moyenne, je veux dire.