Je vide mon sac…

Je vide mon sac…

Hier j'ai vidé mon sac. Je vous vois déjà baver comme des chiens fous à l'affût d'un règlement de compte michelinesque en mode arrachage de cheveux, coups de boule et coups bas. Sauf que non, pas du tout. J'ai VRAIMENT vidé mon sac, mon sac à main quoi, et j'ai trouvé des tonnes de trucs sans intérêt expliquant toutefois la taille démesurée de ma foutue besace et son poids qui m'empêcherait presque de la mettre en soute et me colle par dessus le marché une terrible scoliose.

 

Avant tout, comme c'est mon sac à main, j'y ai évidemment trouvé les affaires de Mi Amor, à savoir son tabac, ses filtres, ses feuilles, son portefeuille et ses lunettes de soleil. Oui oui, ce même Mi Amor qui se fout tout le temps de moi parce que mon sac à main est toujours énorme et qui se vante de voyager léger.

 

J'ai aussi dégoté des miettes de barquettes à l'abricot et des gourdes de compote vides, le tout devant dater de mercredi dernier (au mieux) quand j'ai emmené les microbes au parc. Pourtant me direz-vous, je n'avais pas grand-chose à faire d'autre, tandis que les microbes faisaient du toboggan et se foutaient du sable plein le slip, que de trouver une poubelle. Certes. Mais il faut croire que plus on s'emmerde au parc (et c'est un pléonasme), moins on a envie d'en faire. Voyons toutefois le côté positif de la chose, pour une fois, la confiote n'avait pas collé partout. Ha si, en fait, j'en ai aussi sur mes clés de voiture.

 

Puisqu'on parle d'ennuie et de mouflets, ça me fait penser que j'ai aussi trouvé des jouets Kinder ou Mc Do tout dépareillés ou cassés. Cela dit, c'est pas comme si ces merdouilles étaient intéressantes même une fois reconstituées. Je me rappelle que je les avais pourtant gardées précautionneusement au motif que ça pourrait servir pour faire patienter les microbes un de ces jours. Illustration : un enfant s'impatiente au resto et hop, munition, maman sort un mini pingouin en plastoc qui fait du vélo ! Et c'est 3 minutes de tranquillité garantie. Le problème, c'est qu'en fait j'oublie que je dispose de ces précieux trésors, et que, dans le meilleur des cas, si j'y pense, ils sont complètement pétés et je passe 3 plombes à essayer de les re-fabriquer (car oui, sans la notice, c'est vachement dur de monter un jouet Kinder) réduisant ainsi mes quelques minutes de paix à néant.

 

Une fois évacuées les affaires des uns et des autres, j'ai quand même trouvé dans ce sac quelques trucs à moi, dont un tampon. Cette saleté de rembourrage a la fâcheuse habitude de tomber systématiquement de mon sac quand je suis en rdv pro et que je cherche un stylo, mais en revanche de se cacher je ne sais où quand je suis coincée aux toilettes, m'obligeant à envoyer du fond de mon trône un sms à une collègue pour qu'elle vienne me glisser la sphaigne salvatrice par dessous la porte. Il est loin le temps où j'étais gonflée d'orgueil quand ma Vania tombait de mon sac de cours sous les yeux de tous mes potes de 5ème D, prouvant ainsi à tous ces gamins boutonneux que oui, moi aussi j'avais mes règles et j'étais une femme. Aujourd'hui, je peux vous avouer que tout cela n'était alors que du bluff et qu'il m'a fallu attendre la fin de 3ème pour l'utiliser cette garniture précieusement conservée et fort heureusement sans délai de péremption.

 

J'ai aussi retrouvé au fond de ce sac un magnifique rouge à lèvres qui m'a coûté un bras mais que je ne mets jamais parce qu'il colle et que Mi Amor DETESTE les gloss qui collent. Cela dit, moi non plus je ne suis pas fan. Ca n'arrive qu'à moi les cheveux qui s'agglutinent sur les lèvres glossées au moindre coup de vent, et qui, quand tu les décolles, te foutent de la matière collante et rose plein les joues ?

 

J'ai aussi sorti de mon sac mon passeport que j'ai pour le coup toujours sur moi au cas où Mi Amor veuille me surprendre et m'enlever pour un week-end surprise en amoureux… Faudrait que je vérifie s'il n'est pas périmé d'ailleurs.

 

Vie de mère, vie de femme… parlons un peu vie de crotte maintenant ! Car dans mon sac, j'ai aussi trouvé le porte-clé-jeton pour caddy offert par mon mousquetaire préféré, mais, et c'est bien là le problème, sans le-dit jeton. Ce qui fait qu'en plus de collectionner un immonde porte-clé supplémentaire, mais j'y reviendrai, je me tape le caddy camion à chaque fois que je vais au supermarché. Mais si, le caddy camion, vous savez… Le truc qui est tellement large qu'avec tu ne passes pas dans tous les rayons! Le machin qui permet à tes enfants assis dedans à l'abri de ton regard de choper plein de trucs et de les cacher sous leur volant pour te faire sonner à la sortie du magasin !! Mais si, vous voyez ! Le chariot de malheur que vous vous jurez de ne plus jamais reprendre mais que finalement vous vous coltinez à chaque fois parce que justement vous ne retrouvez pas votre putain de jeton ! (et sans doute aussi parce que vous êtes un être faible, un peu)

 

Dans le genre fille ordonnée, j'ai sorti tous mes tickets de carte bleue que je garde précautionneusement dans un élan de bonne résolution consistant à enfin faire mes comptes, paperasse minutieusement accumulée petit à petit dans mon portefeuille (ça porte bien son nom finalement) jusqu'à le faire exploser. Ce qui est triste, c'est qu'une fois mon sac vidé et cette quantité de tickets retrouvés, je les jette en bloc à la poubelle sans même les regarder. Mes résolutions ont, contrairement aux protège-slips, une durée de vie bien limitée.

 

J'ai aussi ressorti de tout ce fatras le planning à moitié déchiré de mes cours de gym. Même destination que mes tickets de CB. No comment.

 

Last but not least, je suis tombée sur un incroyable stock de barrettes et pinces en tout genre, toutes dédiées à dompter mes mèches rebelles qui rebiquent et frisent en temps de pluie. Ceci dit,  un parapluie serait sans doute plus approprié. Mais celui-là, je l'oublie tout le temps.

 

J'ai enfin sorti de mon sac un trousseau de clés de 18 kilos, ornementé d'une multitude de breloques offertes par chacun de mes mouflets à chaque fête des mères et choisies avec le plus (mauvais) goût. Le critère premier étant le côté imposant de la chose, laissant ensuite libre cours à la créativité artistique, et me permettant ainsi d'avoir, en plus d'un porte-clé lourd et encombrant, un porte-clé poilu, plumu, fluo ou en forme de boule à neige, voire même faisant de la musique, mais dans tous les cas, TOUS, un porte-clé moche.

 

Maintenant que j'ai vidé mon sac, je vais remplir ma valise ! Ciao tutti !

 

4 comments

  1. Ton texte me fait beaucoup penser à deux chansons : « dans ton sac » de Renaud et « j’ai retrouvé ma boulette » de Volo. Écoute-les à l’occasion… Sinon toujours bravo pour ta plume si agréable 😉

    • Bon, ba je vois qu’on est toutes des Micheline sur ce point ! Le problème, c’est quand tu cherches quelque chose dans ce foutu sac et que tu es en plein milieu d’une galerie commerciale bondée ! T’es obligée aussi de le vider ton sac pour trouver ce que tu cherches mais par terre devant tout le monde…! Du coup, j’ai pris une bonne résolution ! Adieu les sacs fourre-tout et bonjour les petits sacs qui n’ont malheureusement pas de place pour ramener le jouet de l’Oncle Sam. C’est trop ballot !!!!! Merci encore pour cette lecture réjouissante comme d’habitude. Ca fait du bien ! et bonnes valises alors !!!

      • Merci!!!!! Le truc que je n ai pas encore essaye: la banane. Ca pourrait etre une solution?! Dommage que ca soit laid quoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.