La vérité sur la grossesse

La vérité sur la grossesse

Malgré mes précieux avertissements, bon nombre de mes amies ont décidé en totale inconscience de devenir maman ou pire, de remettre le couvert. Ce n’est pourtant pas faute de les avoir alertées sur la folie de cette décision autour d’un spritz ou deux. Ou 8. Mais peu importe le nombre de flacons quand on parle grossesse. Car oui, les séquelles d’une gestation vont bien au-delà des quelques vergetures indélébiles ou kilos bien accrochés qu’on nous annonce.

 

Cette expérience transforme quiconque. Et je me dois de vous dire après mes trop nombreux enfantements la vérité vraie sur cette drôle de période. Une vérité sans fard, que même Laurence Pernoud tait par crainte de faire baisser le taux de natalité.

 

Ce sont 10 commandements que j’ai tenté de tirer de ma vie de baleine et que je souhaite aujourd’hui partager avec vous petits scarabées. 10 commandements qui vous marqueront à tout jamais….

 

  1. Des sacs en plastique toujours tu trimballeras

Enceinte, on a la gerbe. Ça tout le monde le sait. Mais pire. C’est quand personne n’est au courant que t’es en cloque que tu vomis tes tripes. Autant dire qu’interrompre une réunion avec monsieur Duchemol pour aller dégobiller tes corn-flakes ou finir ton trajet de métro la bouche fermée car tu sais pas où poser ta galette peut être quelque peu dérangeant.

Après une première grossesse passée à vomir à tout va, j’ai pris les choses en main pour la suivante. J’ai piqué tous les sacs plastiques du rayon fruits et légumes de mon carrefour market et j’en ai rempli mon sac à main. Finies les hontes absolues et les souillures à tout va ! Merci le sac à vomi portatif ! Depuis, d’ailleurs, je continue de faire ma réserve, parce que dans les premiers temps ca sert de sac à couches et puis… allez, je vous le dis: les gosses aussi ça vomit tout le temps.

 

  1. Des choses étranges tu feras

Enceinte, on est immédiatement attirée par des méthodes naturelles : manger sain, utiliser des produits bio, arrêter la clope et l’alcool et passer aux jus detox menthe-kiwi-haricot vert-choux rave, se soigner exclusivement à l’homéopathie, être à l’écoute de son corps…

Un retour aux sources ? Une influence bab ? Que nenni. Seulement une vie austère forcée, faite d’interdits et de privations en tout genre qui t’obligent à te soigner avec des herbes de perlinpinpin (n’y voyez là aucune consigne de vote) juste parce que tu n’as le droit à aucun médoc efficace, qui te conduisent à boire des jus dégueutox faute de mojitos et à manger équilibré simplement pour ne pas passer la barre des +20 kilos.

J’en suis aussi venue à me masser quotidiennement le périnée dans une pose digne de Brigitte Lahaie dans ses meilleures années juste pour réduire les risques d’une déchirure le jour J qui me priverait de toute vie sexuelle pour les 10 prochaines années. J’ai aussi été amenée à consulter une étrange praticienne pour soulager mes douleurs ligamentaires. Sa méthode, malgré tout l’encens et la musique de moine bonze qu’elle m’a infligés pour détourner mon attention, a consisté à glisser son doigt par d’autres voies que celles que j’imaginais pour m’y faire un massage interne d’une bonne demie heure. Je ne me suis plus jamais plainte de douleurs ligamentaires ensuite. Jamais plus.

 

  1. La pudeur tu oublieras

Et pas qu’un peu! Mais tout se fera si progressivement que tu ne verras rien de ce coup d’état psychique, chaque étape étant acceptable au regard de la précédente. Ça commencera par tes rdv gynéco que tu devras raconter à tes potes chaque fois qu’ils t’invitent à dîner, puis ça sera la taille de ton col que même monsieur Duchemol devra connaître pour t’autoriser à partir plus tôt du boulot, puis ton bide que tout le monde se permettra de tripoter sans même te demander l’autorisation… Même le poids que tu prends deviendra un sujet d’actualité presque aussi débattu que les élections présidentielles (avec tout autant de critiques d’ailleurs, mais dans ton dos). Tu iras jusqu’à laisser ton gynéco passer la main, c’est rien de le dire, à ses 18 internes pour qu’ils s’entraînent à mesurer ton col… Bref, toi la mère la pudeur qui jadis n’osait même pas dévoiler un bout de peau à la plage ou mettre une jupe courte aux premiers soleils, tu finiras par te balader complètement à poil devant

sages femmes, infirmières et aide-soignants dans la salle d’accouchement et par leur donner à voir ton vagin comme si c’était une séance ciné mais que toi, tu ne pouvais pas voir le film.

 

  1. Le mythe de la femme glamour tu briseras

Certes la grossesse permet d’avoir plus de poitrine. Certes tes cheveux n’ont jamais été aussi brillants et ta pilosité aussi faible… Parfois donc tu te sentiras belle. Femme. Mais la plupart du temps, soyons honnête, tu ne seras pas glamour. Tes intestins, à force d’être compressés, prendront le dessus sur ta nuisette et tes envies de soirées romantiques. Tout cela ne sera d’ailleurs que roupie de sansonnet quand, sur la table d’accouchement, tu demanderas à ton mec de vérifier si oui ou non tu t’es oubliée à trop pousser(si si ça arrive bien plus souvent qu’on ne le croit ). Il faudra d’ailleurs le prévenir qu’il devra oublier certaines choses à tout jamais. La vision du placenta par exemple, faute de quoi il risque d’être dégoûté à tout jamais du foie de veau.

Ou ta demande, dans un moment d’égarement post accouchement, qu’il vérifie de son oeil de lynx les profondeurs de ton arrière train pour voir si tu n’as pas une hémorroïde à déloger.

 

  1. Au pire, tu te prépareras

Oui, tu auras mal comme jamais. Non, la péridurale ne marche pas à tous les coups. Oui, il est toujours possible d’accoucher seule dans un parking souterrain la nuit alors que ton portable n’a plus de batterie et qu’il fait -10. Bien sûr qu’allaiter, c’est beau et doux pour les bébés mais encore plus certain que ça défonce tes seins. Sans oublier ton obstétricien préféré, celui qui a accouché ta mère, et qui peut choisir de se barrer finalement aux sports d’hiver le jour où il a programmé ta césarienne et te laisser en plan aux mains d’inconnus sans expérience mais qui ont déjà posé tous leur RTT. Non, ton bide énorme ne part pas en même temps que le gosse. Et pire!! Pire que tout ça : oui, ton bébé peut être moche. Tout ce qui est petit n’est pas forcément mignon. Y a qu’à voir Petrucciani.  

C’est donc vraiment important d’envisager le pire, la réalité n’en paraît toujours que plus favorable! Et puis ça oblige à investir dans de jolis pyjamas, au moins les gens pourront dire “ho qu’il est mignon!!!” en parlant des fringues.

 

Je me rends compte que j’ai encore mille choses à vous dire sur ce sujet. Alors, vous savez quoi? Je vais en rester là pour aujourd’hui histoire de ne pas trop vous dégoûter d’un seul coup (de toute façon, c’est trop tard) et je puis je reviens vite vous raconter la suite!!!

 

Keep fat!

 

2 comments

  1. Vivement les 5 prochains commandements !
    Finalement, plus qu’avec ma sage-femme, c’est avec toi que je me prépare au moment fatidique !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.